Nathalie Pédestarres Nathalie Pédestarres

Mes coups de cœur français à Madrid

Categories: Art & culture, Boire & manger, Shopping 24 novembre 2016

Madrid recèle des « petits coins » de France authentiques, qui rendent un bel hommage à l’excellence culturelle française. Sur la photo, la terrasse de Los Quesos de l’Amélie.

Qu’on soit, comme moi, parfois nostalgique des saveurs et de la culture française ou bien Espagnols francophiles invétérés, Madrid a quelques bonnes adresses qui nous permettent de « voyager » dans le pays voisin sans quitter la très cosmopolite capitale espagnole, toujours prête à goûter à tout !  Démarrons notre route par le quartier de Ciudad Lineal (dans le nord-est de la ville), concrètement dans la très résidentielle calle Arturo Soria, toute frangée d’arbres. Elle rend hommage à l’urbaniste du même nom qui conçut ce quartier, mû par les idéaux socialistes en vogue à la fin du XIXème siècle (mixité sociale, principe de la cité-jardin…). Derrière les clôtures, on peut encore voir de rares maisonnettes ouvrières à l’abandon et quelques villas modernistes, comme l’ancienne demeure d’Arturo Soria (l’hôtel particulier Rubin), reconvertie aujourd’hui en centre d’accueil pour mineurs.

Los Quesos de l’Amélie offre un assortiment de fromages qu’on ne trouve nulle part ailleurs à Madrid.

C’est dans cette coulée verte, juste à côté du fameux centre commercial Arturo Soria Plaza, que Javier García et Sandrine Naslin ont installé Los Quesos de l’Amélie, il y a sept ans.  »Á l’époque, on nous a pris pour des fous », plaisante Sandrine en se souvenant de la décision du couple d’ouvrir une fromagerie française en plein contexte de crise économique et sans expérience préalable. Oui, mais non. Le pari n’était ni improvisé ni insensé : preuve en est le succès actuel de ce petit bistrot-boutique bien accueillant (fournisseur de l’ambassade de France à Madrid, quand même !), qui fleure bon le bois et l’ardoise. En poussant la porte de Los Quesos de l’Amélie, on est sûr d’être transporté vers les campagnes gourmandes de la France (et du monde !) grâce à l’excellent choix de Javier, le maître-fromager des lieux. Lui et Sandrine sélectionnent sur le volet un impressionnant assortiment de fromages en se rendant sur place, jusque dans les plus improbables caves de production. « Je préfère l’affinage fait dans le terroir d’origine. On ne peut pas comparer un fromage qui est arrivé à maturation dans les Alpes, à 1500 mètres d’altitude, qu’un fromage qui a vieilli ici…« , précise Javier. L’espace de dégustation a été pensé pour que les personnes apprennent à connaître et à apprécier les fromages artisanaux, au lait cru (peu connus du grand public en Espagne). D’ailleurs, chaque plateau est servi avec un petit topo (l’ordre de dégustation, le nom de chaque fromage, le type de lait, etc.). Los Quesos de l’Amélie organise aussi toute l’année des dégustations thématiques dont on peut consulter le programme sur Facebook.

La Librairie. Une vraie librairie de quartier française, avec un bon choix de lecture jeunesse et de BD.

Un peu plus au nord, on arrive dans le quartier d’Hortaleza, un ancien village ouvrier entouré de potagers qui, avec le temps, a été absorbé par la métropole. On le surnomme aujourd’hui le « quartier français » de Madrid en raison de la présence du Lycée Français et d’une importante communauté d’expatriés qui s’est établi à proximité de l’établissement scolaire. Justement, entre le Lycée et le Palacio de Hielo (un complexe de loisirs réputé pour sa patinoire olympique), on trouve La Librairie. C’est la typique librairie française de quartier, bien croquignolette et proche du client, avec ses rayonnages multicolores chargés de livres et d’articles de papeterie. Franchement, on s’y sent bien à La Librairie. Il y a un bon choix de titres en version Poche et une sélection des nouveautés littéraires (en français et en espagnol) et surtout, une approche différente de ce que l’on peut trouver ailleurs en matière de littérature enfantine. « C’est ce qu’il manquait à Madrid; une librairie avec un vrai choix de BD et de livres Jeunesse de qualité« , précise Catherine, la fondatrice. Chaque mois, la librairie organise des présentations de livres animées par les auteurs eux-mêmes. La librairie partage aussi son espace avec Dos Galería, une galerie d’art spécialisée dans la photographie.

Dans sa librairie, Catherine (sur la photo, en haut à gauche) organise régulièrement des présentations de livres animées par des conteurs.

Toujours dans le quartier d’Hortaleza, on trouvera aussi la moins connue des meilleures pâtisseries françaises de la capitale : Chez Gabrielle, du nom de sa fondatrice franco-espagnole. La jeune femme a préféré troquer une carrière dans les beaux-arts pour son autre passion, la pâtisserie, qu’elle dit avoir développée au contact de sa grand-mère. Gabrielle est l’une des rares (sinon la seule à Madrid) à élaborer de façon totalement artisanale les grands classiques de la tradition pâtissière française:  le Mille-feuilles, la Pièce Montée, le Saint-Honoré, le Paris-Brest, le Fraisier, les éclairs… Dans son atelier, on n’utilise que du beurre ou de l’huile d’olive, du vrai chocolat à 70% (et pas du succédané) et les agrumes sont râpés et pressés à la main !

Gabrielle (sur la photo) élabore la pâtisserie classique française en utilisant exclusivement du beurre et des produits naturels.

Si, au début, la clientèle espagnole a un peu tiqué sur les prix (habituée à la pâtisserie industrielle bon marché), elle s’est rapidement rendu compte que le travail scrupuleux de Gabrielle et la qualité de ses produits avaient un coût largement justifié. « La miyorrr pastélérie dé Madrrrridé », me glisse un habitué avec un clin d’œil complice. Je partage amplement son opinion après avoir goûté (sur plusieurs jours…) la tarte au citron meringuée, la tarte aux framboises, la tarte Tatin, la tarte aux figues, le palmier au chocolat et les croissants de Gabrielle.

Chez Gabrielle élabore aussi des spécialités plus familières au goût de la clientèle espagnole (roscón, palmeras, croquetas…)

Autre puriste du bon produit, lui aussi franco-espagnol, Carlos Campillo est le patron de SolodeUva (auparavant Le Petit Bistrot), un bar à vin atypique, situé au nº 210 de la Calle Príncipe de Vergara, entre le Parque de Berlín et l’Auditorio Nacional de Música. Chez SolodeUva rien n’est vraiment…conventionnel, à commencer par la cave qui offre exclusivement des vins nature (ou élaborés avec un minimum d’intrants). Les règles du lieu, tout comme la carte d’ailleurs, c’est le patron qui les fait, selon l’humeur du jour ! En tout cas, on y mange vraiment bien, de la « cuisine de papi » où ne manquent pas des spécialités de la France profonde, tels que les pâtés en croûte, le confit de canard ou les pieds de cochon, préparés avec des produits de saison et venant de petits producteurs locaux. Régulièrement, le bar organise des dégustations thématiques et on est sûr d’y trouver une ambiance de bistrot de village. On peut même venir y manger en apportant son propre vin. Pourquoi pas ?

Un soir d’automne, chez SolodeUva…

Une dégustation « en aveugle » de vins nature avec des verrines comme accompagnement

Tags: , , , , , ,