Bloggin Madrid

La magie de Noël à Madrid

Catégorie: Divertissement, En famille 29 novembre 2016

 

À Madrid, les fêtes de Noël marquent tout le mois de décembre et culminent avec l'Épiphanie.

À Madrid, les fêtes de Noël marquent tout le mois de décembre et culminent avec l’Épiphanie.

Noël est (déjà) là ! Dès fin novembre, les rues de la capitale se parent de lumières et les vitrines démarrent leurs concours de crèches ; l’air embaume les marrons grillés et la fleur d’oranger des premiers roscones de reyes. C’est l’occasion d’aller faire un tour sur les mercadillos pour connaître les coutumes locales et s’imprégner de cet épicurisme indéfectible qui caractérise Madrid et qui est plus que jamais présent en cette période de fêtes.

Puerta del Sol

Puerta del Sol

Pour les petits madrilènes, Noël est certainement la meilleure époque de l’année ! Comme dans le reste de l’Europe, la tradition du Père Noël, avec son traîneau tiré par des rennes, est arrivée en Espagne sur le tard, rivalisant avec la figure coutumière des Rois Mages qui ont toujours été ceux qui apportaient les cadeaux dans la nuit du 5 janvier. Du coup, double ration de cadeaux et de fête pour les enfants espagnols ! Mónica, la cadette de mon amie Irma, ne manque pas de montrer sa gratitude en récitant les villancicos (les typiques chansons de Noël) qu’elle a appris à l’école. Son préféré est incontestablement « Campanas de Belén » (les cloches de Bethléem) qu’elle chantonne à tue-tête et en boucle, jusqu’à exaspération de ses frères ! Ils n’osent, cependant, pas trop lui râler dessus, histoire de ne pas se retrouver du charbon dans le bas de laine. Du charbon ? Allons faire un tour au marché de Noël de la Plaza Mayor pour découvrir en quoi consiste cette curieuse tradition. Des dizaines de petits chalets de couleurs se sont installés sur la jolie place carrée avec leurs sempiternels étalages de santons, de farces et attrapes, de sapins et de friandises. Effectivement, voilà les fameux sacs de charbon (en sucre) que l’on offre aux enfants… qui n’ont pas été sages ! Mais au Diable les pénitences : les pâtisseries de la ville ont bien plus à offrir et ça s’affère sérieusement dans les confiseries pour préparer les douceurs de Noël typiquement espagnoles : turrones  y mazapanes (figurines en pâte d’amandes), roscón de reyes (la galette des rois briochée et parfumée à l’eau de fleur d’oranger), anguila de Navidad (une grosse spirale en pâte d’amandes cuite au four et décorée de fruits confits), demi-lunes à l’igname, yemas (confiserie à base de jaune d’œuf et de sucre)…

Les chalets du marché de Noël sur la Plaza Mayor

Les chalets du marché de Noël sur la Plaza Mayor

L’esprit de Noël convoque une foule de plus en plus dense, dans les principales rues commerçantes de la capitale, à mesure que les dates fatidiques du 24 décembre et du 5 janvier approchent. Il y a un peu de stress pour compléter les achats, mais qui s’atténue quand on prend le temps d’observer les belles illuminations de rues et les animations théâtrales et musicales improvisées. Des sapins de lumières sont installés sur diverses places (Colón, Sol, Callao…) et les vitrines rivalisent d’imagination, certaines installant des crèches qui sont de véritables œuvres d’art. La crèche de Noël est une tradition très ancrée à Madrid. Plusieurs de ces ouvrages historiques sont exposés dans la ville et on peut se procurer la brochure « la Route des Crèches » à l’office de tourisme de la Plaza Mayor pour voir les plus importantes : la crèche municipale, exposée au CentroCentro Cibeles; celle de la Puerta del Sol (une merveille de 150 m2, avec plus de 500 figurines); la crèche de l’église San Ginés… À ne pas manquer non plus, la plus grande Exposition Internationale de Crèches d’Espagne que l’on peut voir, jusqu’au 8 janvier, au centre culturel Matadero Madrid.

Les lumières de la ville...

Les lumières de la ville…

Une autre tradition, auxquels les Madrilènes sont très attachés, est la loterie de Noël. Des files d’attente spectaculaires se forment chaque année devant le bureau de « Doña Manolita« , au numéro 22 de la Calle del Carmen. Ce petit local, fondé par Manuela del Pablo en 1904, est réputé porter bonne chance depuis que plusieurs personnes ont gagné, non pas el Gordo (le prix maximum, d’une valeur de 4 millions d’euros !), mais des tiers et des dixièmes de ce prix. Bien que Doña Manolita se soit mise aux nouvelles technologies (elle vend aussi sur Internet), les Madrilènes préfèrent encore battre la semelle pendant plusieurs heures devant le petit bureau de la Calle del Carmen.

Cabalgata de los Reyes

Cabalgata de los Reyes

Très prochainement, je vous parlerai aussi des traditions madrilènes du Nouvel An et de la Cabalgata de los Reyes… !Hasta luego! (à bientôt !)

Tags: , , , ,
 
Top